Bienvenue

« Osons, la Sarthe à Gauche ! », c’est avec cette ambition que nous nous présentons à vos suffrages pour porter nos valeurs de justice et de partage. Ensemble, nous vous proposons de construire un Département + solidaire, + in-novant, + vert.

Par ce site, vous pouvez découvrir nos candidat.e.s et suivre l'actualité de notre campagne.

Christophe COUNIL, Chef de file "Osons la Sarthe à gauche !"

21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 15:21

L'ensemble des Conseillers départementaux était réunis à l'Abbaye Royale de l'Epau les 6 et 7 février dans le cadre d'une séance plénière consacrée au Budget Primitif 2020.

 

Nous vous proposons de retrouver l'intégralité de nos interventions en cliquant sur le lien ci dessous.

 

Ces dernières sont classées dans l'ordre chronologiques, ainsi que par thématique et commission*.  

 

Vous souhaitant une agréable lecture.

 

 

*Le Conseil Départemental comprend de 8 commissions distinctes dans lesquelles sont répartis les élus, chaque commission est composée de 10 Conseillers départementaux.

2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 15:55

Entre 2015 et 2018, la Sarthe a connu une baisse de 1305 foyers bénéficiaires du RSA. On pourrait s’en féliciter car c’est le signe d’une meilleure situation économique et sociale ; mais cela s’explique aussi par le phénomène du non-recours qui s’amplifie. Nous devons y être très attentifs, c’est un vecteur de marginalisation et cela engendre parfois de véritables catastrophes sociales.

Chef de file de la Solidarité et de l’Insertion, le Département doit mener la réflexion, étudier la façon de lutter contre le non-recours et améliorer les dispositifs existants.

Dans le cadre de la mise en place du Service Public d’Insertion et du Plan de Lutte contre la Pauvreté, il est nécessaire de participer, d’échanger et d’être une force de proposition lors des réunions de concertation avec l’Etat. Ce dernier a entrepris la fusion de la DDCS et la DIRECCTE pour 2021, c’est un risque supplémentaire. Comment les acteurs de l’Insertion, d’une partie de la Solidarité et de l’Economie s’y retrouveront pour être plus efficaces ?

Nous savons que concentration n’est pas forcément synonyme d’efficacité. Nous sommes persuadés que c’est au plan local qu’émerge les projets les plus concrets, que naissent les initiatives, que se concrétisent l’impulsion et l’envie de faire toujours dans l’intérêt général.

Notre groupe travaille à créer les conditions d’un réel maillage territorial de la réponse sociale, économique et environnementale. Nous considérons que cela implique de revoir le rôle de l’Etat sur le territoire pour une équité entre les territoires urbains, périurbains et ruraux. Nous nous interrogeons sur les réponses à apporter aux enjeux d’aujourd’hui en matière sociale, et plus largement concernant la solidarité. Le Conseil Départemental ne peut relever seul ces défis, mais il doit en avoir la volonté politique.

5 février 2020 3 05 /02 /février /2020 15:50

Communiqué de presse - mercredi 5 février 2020

 

Lors du Débat d’Orientations Budgétaires, notre groupe a formulé des propositions concrètes notamment :


- un soutien financier renforcé à l’Université, représentant l’un des moteurs de l’attractivité du Département ;
- la création d’un budget participatif départemental ;
- une meilleure conciliation voiture-vélo dans le Département, la création de voies douces pas uniquement consacrées au tourisme;
- la mise en place d’une plateforme numérique destinée aux allocataires du RSA, pour ainsi faciliter les relations entre les demandeurs d’emploi et les entreprises ;
- la consécration de moyens financiers plus importants à l’installation des jeunes agriculteurs, en particulier pour une conversion de leur exploitation en agriculture bio ou raisonnée ;
- la mise en place d’expérimentation autour de l’auto-partage par l’extension de la plateforme « Mouv and go » à tout le département.


Lors des commissions préparatoires à ce budget, nous avons constaté qu’aucune de nos propositions n’avaient été étudiées ou reprises. Et pourtant les élus de gauche représentent plus d’un tiers des sarthois.
Nos propositions sont concrètes, constructives et réalistes. Elles répondent aux demandes de nos concitoyens, leur voix ne compterait-elle pas ?


Comment peut-on s’inscrire dans un débat budgétaire à sens unique puisque tout est décidé à l’avance ? Pour preuve, aucun changement apparait entre les commissions préparant le budget et la session plénière actant ce dernier, tout est figé à la virgule près.
 

Notre groupe ne peut cautionner un tel fonctionnement au sein d’une assemblée représentative des sarthois.


C’est un budget partisan, celui de la majorité de droite et non le budget de l’assemblée départementale.


En conséquence, notre groupe votera contre ce Budget Primitif 2020 lors des séances plénières des 6 et 7 février.

 

Claude PETIT-LASSAY
Pour le groupe des élus de gauche et républicains

28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 15:42

L'ensemble des Conseillers départementaux était réunis à l'Abbaye Royale de l'Epau le 13 décembre dans le cadre d'une séance plénière consacrée au Débat d'Orientations Budgétaires 2020.

 

Nous vous proposons de retrouver l'intégralité de nos interventions en cliquant sur le lien ci dessous.

 

Ces dernières sont classées dans l'ordre chronologiques, ainsi que par thématique et commission*.  

 

Vous souhaitant une agréable lecture.

 

 

*Le Conseil Départemental comprend de 8 commissions distinctes dans lesquelles sont répartis les élus, chaque commission est composée de 10 Conseillers départementaux.

12 décembre 2019 4 12 /12 /décembre /2019 15:36

Communiqué de presse - jeudi 12 décembre 2019

 

Dans le cadre du Débat d’Orientations Budgétaires du vendredi 13 décembre, le groupe des élus de gauche et républicains souhaite insister sur 5 de ses propositions pour 2020. Nous demandons à la majorité notamment :


1- Un soutien financier renforcé à l’Université
Seule université sarthoise, Le Mans Université est un atout pour notre territoire, l’attractivité du Mans et de la Sarthe passe par elle. Nous demandons que la subvention départementale à l’enseignement supérieur sarthois soit augmentée. Les dépenses de fonctionnement, c’est ce qui fait vivre l’Université au quotidien !

 

2- La création d’un budget participatif départemental
Comme de nombreux départements en France, de droite comme de gauche, nous demandons la création d’un budget participatif départemental qui puisse associer davantage les sarthois à l’élaboration de projets utiles à nos quartiers, nos communes, notre territoire. Un an après la crise des Gilets jaunes, c’est un moyen de donner un nouveau souffle à la démocratie de proximité.


3- Une meilleure conciliation voiture-vélo dans le Département
Nous demandons un plan vélo du quotidien, afin de favoriser les déplacements professionnels là où c’est possible, et afin que la « Sarthe à vélo » ne soit pas le seul apanage des touristes, mais un outil au service des sarthois au quotidien.
Nous sommes favorables au maintien de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes départementales et nous demandons l’étude de nouvelles zones de dépassement à 90 km/h comme cela se fait sur l’axe Le Mans–Saint-Calais.


4- Une mobilisation départementale contre la fracture numérique
Le Département a investi beaucoup d’argent pour permettre un accès Internet partout en Sarthe. Afin que le développement numérique soit synonyme de progrès pour tous, il faut que les collectivités agissent pour qu’une partie de nos concitoyens ne se sente pas abandonnée. Nous demandons un plan de formation à destination des usagers et nous affirmons notre attachement au maintien d’une présence physique des services administratifs.


5- La fin des injonctions paradoxales du Gouvernement
Au terme du « pacte financier » signé en 2018, le Gouvernement octroie des dotations aux Départements pour financer des actions nouvelles et dans le même temps interdit à ces mêmes Départements d’augmenter leurs dépenses de fonctionnement de + de 1,2 %. Résultat : en 2019, le Conseil Départemental de la Sarthe a reçu de l’argent pour financer des actions contre la pauvreté ou contre la perte d’autonomie de nos aînés mais ne peut l’utiliser dans sa totalité, et notamment pour mettre en place des actions nouvelles ! Nous demandons que le Département dénonce cette situation paradoxale qui nous empêche de faire mieux pour les Sarthoises et Sarthois !

 

Claude PETIT-LASSAY
Pour le groupe des élus de gauche et républicains