Bienvenue

« Osons, la Sarthe à Gauche ! », c’est avec cette ambition que nous nous présentons à vos suffrages pour porter nos valeurs de justice et de partage. Ensemble, nous vous proposons de construire un Département + solidaire, + in-novant, + vert.

Par ce site, vous pouvez découvrir nos candidat.e.s et suivre l'actualité de notre campagne.

Christophe COUNIL, Chef de file "Osons la Sarthe à gauche !"

3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 09:26

Communiqué de presse - vendredi 3 juillet 2020

 

La crise de la Covid-19 a mis en lumière les lourdeurs de l'État central, quand les élus locaux ont fait la démonstration de leur réactivité, de leur adaptabilité et de leur inventivité.


L’Etat ne remplit pas correctement son rôle et se défausse en permanence financièrement sur les collectivités territoriales. La verticalisation des décisions va à l’encontre de la proximité nécessaire au bon fonctionnement de nos territoires. Lors de la crise sanitaire, les directives de l'État se faisaient attendre quand elles n'imposaient pas des injonctions contradictoires.


Nous redemandons l'abandon du contrat Etat-Département sur l'encadrement de l'évolution de nos dépenses de fonctionnement, véritable carcan budgétaire. Nous demandons l'instauration d'une loi de financement des collectivités territoriales, adossée aux lois de finances, qui mettrait fin aux incertitudes des collectivités. La suppression de la taxe d'habitation accentue la dépendance financière des collectivités aux décisions de l'État. Nous demandons la suppression de la réforme fiscale et l'instauration d'un ratio d'autonomie fiscale. L'État doit intégralement compenser les transferts de charge.


Tous les défis d'avenir de notre Département ─transition énergétique et écologique, nouveau modèle agricole, ré-industrialisation, plus grande association des citoyens─ appellent à un puissant mouvement de décentralisation. C’est dans ce sens que nous avons demandé et obtenu la création d’un budget participatif départemental voici quelques mois.


Dans le cadre du Budget Supplémentaire, notre Département a logiquement augmenté les montants des frais d’entretien pour les assistants familiaux. Une prime de 100 € par mois pendant le confinement a été versée en juin, et ce quel que soit le nombre d’enfants. Nous souhaitons que cette prime soit indexée au prorata du nombre d’enfants pris en charge par les assistants familiaux. Nous souhaitons aller dans le sens de certains départements qui ont annoncé le versement de primes en compensation et en reconnaissance du travail effectué pendant le confinement et la période de déconfinement.
Nous demandons également que la question de la prime pour les personnels des EHPAD ou les aides à domicile soit étudiée.


En matière d’insertion, nous sollicitons la levée de la période des 24 mois non reconductibles pour les bénéficiaires de chantiers d’insertion. La solution serait de créer des chantiers pour les demandes que nous observons à la suite de la période post Covid-19. Nous sommes également très inquiets sur la possible disparition de petites structures ou d’associations d’insertion.


Le plan de relance proposé dans le cadre de ce Budget Supplémentaire 2020 reprend des demandes réitérées de notre groupe lors des dernières assemblées plénières relatif aux aides financières en direction des communes et des intercommunalités, des commerçants et des agriculteurs. Nous proposons que soit créée une autre rubrique d’aide aux communes et intercommunalités, celle concernant les mobilités.

Nous constatons que le bilan de la majorité présente beaucoup d’autosatisfaction. La position de notre groupe est de dire "attention, des choses sont bien faites mais des lacunes persistent".
Le Conseil Départemental de la Sarthe n’est pas assez acteur de transformation, d’innovation, et de progrès social. La majorité mène une politique de continuité, au coup par coup, sans anticipation, qui ne répond pas totalement aux mutations rapides de notre société, aux besoins de nos concitoyens, aux transitions écologiques, énergétiques et sociales.


Oui ce plan de relance est nécessaire, nos concitoyens ont besoin de cette aide financière pour affronter cette crise sociale et économique sans précédent. Non ce Budget Supplémentaire n’est pas à la hauteur de ce que les sarthois peuvent attendre des élus départementaux. L’ampleur des difficultés que les entreprises, les commerces et les associations à caractère social, culturel et sportif commencent à rencontrer risque d’être catastrophique.


La majorité départementale est timorée dans ses propositions et d’un conservatisme sans créativité sociale.


Les sarthois attendent plus des élus départementaux et attendent surtout des innovations de progrès.

 

Claude PETIT-LASSAY
Pour le groupe des élus de gauche et républicains

1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 09:16

Nous tenons à féliciter le travail des soignants en France et en Sarthe, nos pensées vont aussi aux familles touchées par le virus.

Nous remercions les agents départementaux pour la continuité des services pendant cette crise et tous ceux qui ont maintenu les activités essentielles à la vie.

La collectivité a été le relais des demandes de masques et de gel hydroalcoolique pour les communes. Les commissions de travail et l’Assemblée plénière, grâce au service informatique, ont été réalisées en visioconférence.

Nous avons accompagné le plan de soutien départemental et avons travaillé de concert sur les actions à mettre en place lors du confinement. Nous avons demandé : des aides renforcées aux accueillants familiaux ; le versement anticipé des subventions aux associations sociales, culturelles et sportives ; la vigilance sur la situation des MAM ; d’avoir un regard particulier sur les personnes allocataires du RSA ; de relancer la restauration scolaire en mettant l’accent sur les circuits courts pour aider les producteurs locaux ; d’élargir le prêt de tablettes aux élèves n’ayant accès à l’informatique ; d’impulser un dispositif pour les élèves décrocheurs avec l’Education Nationale ; de soutenir le tissu entrepreneurial local par la commande publique ; la mise en place d’un plan touristique et un soutien aux acteurs culturels et au Centre Culturel de la Sarthe.

Notre collectivité doit avoir des priorités : la protection de la santé des Sarthois et des Sarthoises ; la lutte contre les inégalités sociales et territoriales renforcées par cette crise ; la sauvegarde des emplois et des revenus des salariés et indépendants.


À l’aube d’un été bouleversé par la crise sanitaire, nous devons tout faire pour affronter la prochaine tempête économique et sociale avec les autres collectivités et partenaires institutionnels.

30 juin 2020 2 30 /06 /juin /2020 15:33

L'ensemble des Conseillers départementaux était réunis le 30 avril, par visioconférence en raison du confinement,  dans le cadre d'une séance plénière consacrée à la Décision Modificative n°1 et pour répondre à la crise de la Covid-19.

 

Nous vous proposons de retrouver l'intégralité de nos interventions en cliquant sur le lien ci dessous.

 

Ces dernières sont classées dans l'ordre chronologiques, ainsi que par thématique et commission*.  

 

Vous souhaitant une agréable lecture.

 

 

*Le Conseil Départemental comprend de 8 commissions distinctes dans lesquelles sont répartis les élus, chaque commission est composée de 10 Conseillers départementaux.

5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 15:29

Le gouvernement ne s'en est jamais caché, les conséquences du Covid-19 et des mesures de confinement qui en découlent auront de très lourdes conséquences pour l’économie française aujourd'hui à l'arrêt.

Parce que les Conseils Départementaux sont responsables des solidarités humaines, nous sommes en première ligne pour affronter les dégâts sociaux de cette crise. Nous voulons garantir un revenu minimum pour limiter les effets d'une crise économique majeure. 19 Présidents socialistes (PS) de Départements appellent à l'instauration d'un revenu de base universel, outil pragmatique pour lutter contre la pauvreté dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus.

La crise sanitaire du Covid-19 pousse nos systèmes de solidarité dans leurs retranchements, le revenu de base apparaît alors comme une solution pour amortir le choc social qui risque de faire basculer nombre de nos concitoyens dans la précarité. Nous proposons d'avancer avec pragmatisme pour lutter contre la pauvreté.

Ce revenu serait « sans contrepartie, mais avec un accompagnement renforcé, automatique, pour résoudre le problème du non-recours aux droits, ouvert dès 18 ans pour lutter contre la précarité des plus jeunes, dégressif en fonction des revenus d'activité, et d'un montant égal au seuil de pauvreté ». Pour les allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), certaines de ces mesures ont déjà été prises au niveau national afin d'éviter toute rupture de prise en charge pendant la durée du confinement.

Pourquoi ne pas porter cette démarche au sein de l'Union Européenne ? Un effort de solidarité qui apporterait une réponse globale, enfin une Europe sociale !

Cette solution peut redonner aux Françaises et aux Français confiance en un système social créé pour leur apporter la sécurité de l'existence et les outils de leur autonomie.

29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 15:27

Communiqué de presse - mercredi 29 avril 2020

 

Face à la crise sanitaire sans précédent que traversent actuellement la France et le monde, les élus du groupe de gauche et républicains du Conseil Départemental prennent toute leur part du travail collectif et demeurent force de proposition pour contribuer à de nouvelles actions et politiques départementales et régionales.


Nous entendons faire ce travail en restant fidèles à nos valeurs et en nous donnant quelques priorités simples comme :

- la protection de la santé des Sarthois et des Sarthoises ;
- la lutte contre les inégalités sociales et territoriales renforcées par cette crise ;
- la sauvegarde des emplois et des revenus des salariés et indépendants.


Nous sommes convaincus que la gestion au jour le jour de la crise sanitaire mobilise totalement le Conseil Départemental, comme la question clé de la fourniture d'équipements de protection en priorité aux personnels soignants ou l’accompagnement de personnes exposées dans le cadre de leur activité professionnelle. Cette action devra s’étendre à l’ensemble de la population dans la mesure du possible, au plus vite et en vue du déconfinement et surtout en collaboration avec l’ensemble des collectivités.


Parallèlement, notre attention doit être portée sur les personnes en difficultés, à savoir les publics fragiles, précaires, prioritairement sur les personnes âgées isolées ou en situation de handicap, personnes sans domicile fixe, femmes et enfants victimes de violences domestiques, personnes migrants et/ou sans papiers, étudiants en situation de précarité pour qui la pandémie et le confinement viennent aggraver les difficultés qu’elles et ils vivent déjà au quotidien.

Le domaine de l’économie et de l’emploi est sévèrement impacté par la crise du coronavirus et ses conséquences. Tout doit être mis en oeuvre pour pallier les dégâts causés à l’emploi, en protégeant et en accompagnant les salariés, les entreprises et les personnes en recherche d’emploi, compétence régionale dans laquelle doit s’insérer notre politique départementale.


Nous sommes profondément convaincus que résister à la crise et préparer l’après ne sera possible que dans le cadre d’une solidarité entre les collectivités et territoires et par la mise en place de mécanismes de péréquation efficaces. Nous souhaitons enfin mettre en avant la nécessité de changer de modèle de développement pour prendre pleinement en compte les enjeux de la transition écologique et énergétique, ce n’est pas qu’un sujet pour demain et cela doit également guider notre action ici et maintenant.

 

Claude PETIT-LASSAY
Pour le groupe des élus de gauche et républicains