Bienvenue

« Osons, la Sarthe à Gauche ! », c’est avec cette ambition que nous nous présentons à vos suffrages pour porter nos valeurs de justice et de partage. Ensemble, nous vous proposons de construire un Département + solidaire, + in-novant, + vert.

Par ce site, vous pouvez découvrir nos candidat.e.s et suivre l'actualité de notre campagne.

Christophe COUNIL, Chef de file "Osons la Sarthe à gauche !"

25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 14:47

La séance plénière du 22 juin a vu la majorité départementale présenter un bilan de sa politique à mi-mandat. Son examen nous amène à formuler trois remarques.

Nos interventions ont permis:

- d’assurer de bonnes conditions de travail pour les assistantes maternelles en MAM ;

- d’aider les habitants de Le Mans Métropole dans l’accès à la santé ;

- des avancées positives sur la situation au Foyer de l’Enfance ;

- une analyse au cas par cas de la situation financière des EHPAD ;

- la mutualisation des agents de maintenance des collèges sans altérer la qualité du service ;

- le maintien des Trophées du développement durable à destination des collégiens.

La majorité semble « oublier » volontairement des points négatifs de son bilan :

- la suppression de la subvention d’investissement pour les communes et associations ;

- la baisse des dotations cantonales aux associations ;

- la suppression de l’aide à la construction de nouveaux équipements sportifs ;

- la baisse du montant des chèques collèges ;

- la fermeture de plusieurs centres routiers départementaux ;

- l’augmentation des impôts fonciers de 7 % en 2017 dédaignant leur engagement et promesses électorales.

Le Président Le MENER et sa majorité vont devoir mieux faire pour les trois ans à venir :

- améliorer l’accompagnement des bénéficiaires du RSA (rétablissement d’un accueil physique du public, meilleures informations de leurs droits et devoirs, limitation de la mise concurrence des structures d’insertion) ;

- rendre le Département plus attractif par un meilleur accompagnement de l’Université du Mans et par le développement de sa politique de la ville ;

- aider les communes au financement des centres de santé ;

- revoir à la hausse la prise en charge du temps d’intervention des aides à domicile aujourd’hui limité à une demi-heure.

Partager cet article

commentaires