Bienvenue

« Osons, la Sarthe à Gauche ! », c’est avec cette ambition que nous nous présentons à vos suffrages pour porter nos valeurs de justice et de partage. Ensemble, nous vous proposons de construire un Département + solidaire, + in-novant, + vert.

Par ce site, vous pouvez découvrir nos candidat.e.s et suivre l'actualité de notre campagne.

Christophe COUNIL, Chef de file "Osons la Sarthe à gauche !"

4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 08:13

Réunis en session plénière les 20 et 21 mars pour le vote du budget 2017, la majorité départementale a de nouveau entonné la chanson des baisses des dotations de l’Etat comme étant la cause de tous les maux de notre collectivité. Comment Dominique Le Mèner, pour justifier une augmentation brutale et sans précédent de l’imposition, pouvait-il changer de refrain ?

En effet, dans son exercice de communication, ce dernier parle d’une majoration de la taxe foncière sur le bâti de 1,42 point, ce qui correspond en réalité à une augmentation sèche de 7,77 % des impôts fonciers.

 

Ce quinquennat a été marqué par le désendettement de l’Etat, les Départements y participent au même titre que les autres collectivités territoriales, ce n’est donc pas une problématique nouvelle et inattendue pour les élus locaux ; pourquoi décider aujourd’hui d’une telle augmentation alors qu’une vision saine et clairvoyante de la situation aurait permis une évolution modérée dans le temps des charges imposables aux Sarthoises et Sarthois ? A cet égard, quel sera le discours du Président Le Mèner si le candidat républicain, qui propose dans son programme une diminution des dotations de l’Etat aux collectivités de 7,5 milliards d’euros, est élu au mois de mai ?

Nous regrettons aussi la politique de coups de ciseaux dans de nombreux domaines en lieu et place de vrais choix stratégiques. C’est en cela que nous déplorons la quasi nullité du budget des équipements sportifs ou encore la baisse du soutien aux acteurs culturels locaux, le sport et la culture étant malheureusement devenus de véritables variables d’ajustement.

 

Les orientations du budget 2017 de la majorité départementale sont donc pour nous le résultat de promesses électorales intenables, d’un dogme caduc et d’une vision politique obsolète.

 

 

 

Partager cet article

commentaires